Aller au contenu
Chargement...
Centre EPIDE de Velet : le parcours exemplaire d’Abdal Majid
en parle
Mise à l'honneur ce lundi à Étang sur Arroux, sur le chantier de la future gendarmerie de la ville, de l'un des volontaires du centre EPIDE de Velet qui vient de quitter le dispositif Le Journal de Saône-et-Loire a retracé son parcours qui force le respect. Pour Abdal Majid Mohmand tout a commencé dans un pays en crise : l’Afghanistan. Né en 2001 il connaît les talibans puis la guerre. Il quitte alors son pays pour rejoindre la France où il obtient le statut de réfugié mais se heurte à la difficulté de la langue. L’association Viltaïs, qui le prend en charge, lui propose d’intégrer l’EPIDE (établissement pour l’insertion dans l’emploi) de Velet à Étang sur Arroux. « Il était très motivé pour apprendre le français, très volontaire et gardait le sourire même quand je voyais que cela était difficile pour lui », explique sa conseillère en insertion professionnelle Mme DURAND. Inscrit par l’EPIDE à la Mission locale et donc au CILEF (centre d’information local sur l’emploi et les formations) d’Autun, son dossier est repéré par Brigitte Beaufaron, facilitatrice des clauses d’insertion : « La clause d’insertion c’est une rencontre entre le besoin d’une entreprise et le profil d’un jeune. » Le chantier de la gendarmerie d’Étang est soumis à ce dispositif. L’agence d’intérim Eurêka propose alors Abdal Majid Mohmand à l’entreprise de maçonnerie du chantier. « J’avais un peu peur je n’y connaissais rien », s’excuse presque le jeune homme. Il débute sa mission en septembre 2022 pour environ 500 heures. Cela se passe tellement bien qu’il en réalise plus que le double sur le chantier. Ponctuel, respectueux et courageux, il a trouvé sa place. En avril quand la mission prend fin c’est une évidence : l’entreprise lui propose de poursuivre sa formation en lien avec l’association régionale insertion qualification et le groupement d’employeurs. L’aidant à trouver un logement dans la ville de son employeur et à réaliser les démarches sociales liées, c’est tout le réseau qui soutient l’intégration du jeune homme en marche vers un certificat d’aptitude à la maçonnerie. Salué par les élus, son parcours est aussi un symbole fort pour Pierre Dinet : « Après une arrivée difficile, venu d’Afghanistan il a trouvé sa voie dans la construction d’une gendarmerie, symbole de la République. » Sa réussite par le travail prouve aussi, s’il en était encore besoin, l’importance de la clause d’insertion au sein des chantiers communaux, communautaires.
Muriel JUDIC